Six of Crows

Six of Crows de Leigh Bardugo, éditions Milan jeunesse

– Vous êtes un maître chanteur…
– Je négocie des renseignements.
– Un escroc…
– Je crée des opportunités.
– Un proxénète et un meurtrier…
– Je ne possède aucune prostituée et je tue pour une cause.
– Et quelle cause ?
– La même que vous, mercurien. Le gain.

Après ma découverte du monde merveilleux créé par Leigh Bardugo dans le génial Grisha, je n’ai pas pu m’empêcher d’entamer imédiatement la lecture du premier tome de Six of Crows, la duologie à succès de la même auteure, encensée par les lecteurs de France et de Navarre. On me promettait un livre « mille fois meilleur ». Je peux dire tout de suite que je n’ai pas été déçue.

Résumé

Bienvenue à Ketterdam, une ville commerciale de l’importance mondiale où tout peut être acheté si on y met le prix. Personne ne sait ça mieux que le criminel prodige Kaz Brekker, appelé aussi « la pourriture du Barrel » au nom du pire quartier de la ville, fréquenté par les voleurs, les tueurs et autres malfrats. Ayant grandi dans cet environnement, Kaz ne rechigne devant aucune mission tant qu’elle puisse lui apporter de l’argent et inspirer de la crainte parmi ses semblables. Engagé par un riche homme d’affaire pour un cambriolage quasi impossible dans la prison la mieux protégée du monde, il se met en quête de la meilleure équipe qui pourrait l’aider à accomplir cette mission impossible et devenir riche au-delà de ses rêves les plus fous. Ils seront six au total, six malfrats et bandits, pour partir vers les côtes austères d’un pays nordique, chacun poursuivant son propre objectif qu’ils n’avoueraient pour rien au monde…

Mes impressions

Ce fut pour moi un vrai bonheur de retrouver le même univers fantastique que j’ai tant adoré dans le premier tome de Grisha. Même si cette fois nous sommes transportés très loin de Ravka, les grishas continuent de jouer un rôle primordial dans le développement de l’intrigue. J’ai cependant été très contente d’avoir déjà mes repères dans cet univers car l’entrée dans Six of Crows n’est pas des plus faciles ! L’action s’ouvre directement sur une scène d’action avec plein de personnages différents et il vaut mieux bien s’accrocher pour ne pas s’y perdre. Finalement, cette entrée en matière ne m’a pas beaucoup dérangé, mais je peux comprendre qu’elle puisse décourager certains.

Heureusement que l’intrigue se met très vite en place, et nous voilà embarqués avec la petite bande sur un bateau en direction du nord…

En lisant le résume, on pourrait en toute légitimité se demander comment ces six personnages présentés au début comme des  vrais anti-héros avides de richesse réussiraient finalement à attirer notre sympathie. Mais on comprend très vite (et on s’en doute dès le début), que derrière ces façades des « durs à cuire » se cachent en réalité des âmes tourmentées qui ont perdu toute confiance en leur prochain. Ce n’est donc pas si étonnant que dans cette ville de triche et de traîtrise, l’argent et le gain apparaissent pour  eux comme des repères les plus fiables et solides.

Objectivement, ce roman est beaucoup plus mûr que Grisha : les personnages sont plus détaillés, l’intrigue est plus complexe, les rebondissements s’enchainent à une vitesse folle… on n’a vraiment pas le temps de s’ennuyer ! Et pourtant. Et pourtant… même si j’ai adoré cette lecture (oui, oui, rassurez-vous les fans de la saga !), je dois quand même avouer que je n’ai pas été autant transportée que par le premier tome de Grisha qui était pour moi un tel coup de coeur que je n’en ai pas connu depuis longtemps.

Tout en suivant les aventures de Kaz et de sa bande, j’ai essayé d’analyser pourquoi j’ai été moins scotchée à cette lecture alors que tous les signaux étaient au vert. Et je crois avoir une explication.

La différence entre ces deux premiers tomes (je ne peux pas encore parlé des sagas en général car je ne les ai pas lues en entier) réside à mon avis dans la construction des intrigues. Si dans Grisha je me sentais embarquée dans un voyage dont je ne connaissait pas la destination finale (suspens, suspens, suspens !), dans Six of Crows l’intrigue se présentait sous forme d’une quête. Je devinais donc approximativement où tout cela allait se terminer même si j’ignorais encore tout des péripéties et des rebondissements qui allaient m’y amener. Certes, j’ai adoré ce voyage, mais je me sentais moins surprise, moins prise au dépourvu.

Malgré ces quelques (vraiment très petits !) bémols, je suis déjà en train de lire le deuxième tome. Et il me paraît déjà beaucoup plus surprenant et très prometteur !

2 Comments

  • Reply Mon top 5 des livres lus en 2017 - Le Journal malgré lui décembre 31, 2017 at 12:57

    […] avec sa plume magnifique, ses personnages et son imaginaire ! Mes récents articles sur Grisha et Six of Crows décrivent mes impressions plus en […]

  • Reply Fantasybooksaddict février 24, 2018 at 1:43

    Je l’ai lu également et j’en suis ressortie mitigée…

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.