Phobie

Phobie de Sarah Cohen-Scali, édition Gulf Stream

J’ai beau attendre, non seulement je ne parviens pas à crier, mais je finis par comprendre ce qui se passe. JE NE DORS PAS. Je suis bel et bien réveillée, pleinement consciente. Je ne suis pas en train de faire mon cauchemar récurrent, celui qui revient systématiquement me hanter avec une régularité d’horloge. Il ne s’est pas non plus modifié comme je l’ai cru tout d’abord.

C’est pire que cela.

Il s’est réalisé.

Le monstre, la bête, l’ogre… Le croque-mitaine. Après avoir dévoré mon père il y a onze ans, il a mis ses menaces à exécutions, il est revenu me chercher ! Je suis enfermée dans sa tanière, dans son antre.

Depuis son enfance, toutes le nuits ou presque, Anna fait un cauchemar récurrent : elle rêve d’un croque-mitaine qui se cache dans sa chambre et guette un bon moment pour venir la dévorer, comme il a déjà dévoré son père onze ans auparavant. D’après la version officielle, son père, disparu sans laisser de traces en pleine nuit, a juste décidé de quitter la famille et de commencer une nouvelle vie ailleurs. Cependant, Anna a l’intime conviction que son père n’a pas disparu de son plein gré, mais qu’il a été dévoré par un monstre. Suivie par des psychiatres depuis ses cinq ans, la jeune fille n’arrive pas à se débarrasser de sa phobie qui est devenue pour elle une obsession.

Un jour, Anna reçoit un étrange colis avec une invitation à une soirée déguisée. « Nous allons enfin nous revoir », stipule le message. Après quelques hésitations, Anna décide de s’y rendre, (sans prévenir personne, bien évidemment), car elle croit que le message provient de son père. Cependant, au cours de cette soirée, Anna est kidnappée. Elle se réveille dans un cave sinistre, couchée sur un vieux matelas posé à même le sol… Anna est terrifiée, et elle n’a aucune idée de la personnalité de son ravisseur. Est-ce un homme ou… un croque-mitaine ? Son cauchemar, n’est-il pas en train de se réaliser ?

Le début de ce roman donne froid dans le dos. Pendant la lecture des premiers chapitres, j’étais vraiment sur les nerfs, je n’arrêtais pas de me répéter qu’il s’agissait d’un roman ado, et non d’un thriller sanguinaire pour adultes, donc mon âme sensible devrait logiquement être épargnée des descriptions trop cruelles ou trop crues. Et pourtant, lorsque je me couchais, je ne me sentais pas rassurée (j’ai une âme sensible, je vous dis). Avec cette ambiance glauque et tendue, le roman démarre très fort, mais c’est ce qu’on attend en ouvrant un livre avec une telle couverture et un tel synopsis, n’est-ce pas ? Les lecteurs qui aiment avoir la chair de poule ne seront donc pas déçus. Dans la première moitié du livre au moins.

Le sujet est construit comme une enquête. Le commandant Ferreira chargée d’enquêter sur la disparition de la jeune fille, s’associe avec son psychiatre, docteur Fournier, pour résoudre ce mystère. Très vite, on apprend que la disparition d’Anna est étroitement liée avec celle de son père. Le commandant Ferreira devra donc rouvrir de vieux dossiers, en menant deux enquêtes en parallèle. Je ne vais pas vous cacher que l’énigme de la disparition d’Anna sera résolue pile au milieu du livre, et j’avoue que j’ai pressenti un tel dénouement. Après ces révélations (dont bien sûr je ne vous dirai rien), la narration prend une autre tournure et la tension retombe. J’ai donc lu la seconde moitié de ce roman avec un peu moins d’entrain, même si je trouve que son idée clé est juste géniale.

Quelqu’un m’a demandé s’il s’agit d’un roman réaliste ou d’un roman fantastique. Mais répondre à cette question, c’est de dévoiler une grande partie de l’intrigue et donc de gâcher aux autres le plaisir de le lire. Sachez juste que malgré quelques longueurs, c’est un très bon roman qui aborde le sujet des traumatismes de l’enfance et qui nous met face à notre inconscient. A lire par des lecteurs aux nerfs solides !

1 Comment

  • Reply Quoi de neuf ? Les sorties du mars 2017 avril 5, 2017 at 6:16

    […] des sorties du mois de février. Vous pourrez d’ores et déjà trouver ma critique sur la Phobie de Sarah Cohen-Scali et sur le dernier roman de Robyn Schneider Demain n’est pas un autre […]

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.