Outlander 2 : Le Talisman

Après ma découverte surprenante du Chardon et le tartan, le premier tome de la saga Outlander que j’avais injustement snobée pendant plusieurs années, je me suis plongée sans tarder dans la suite des aventures de Claire Beauchamp en Écosse du XVIIIe siècle. Je dirai tout de suite que, même si je connaissais déjà les grandes lignes de l’intrigue grâce à la série éponyme disponible sur Netflix, j’ai énormément apprécié la lecture de ce deuxième tome, riche en émotions et bouleversements. Cependant, si vous ne connaissez pas encore les rebondissements relatés dans le premier tome de la saga, cet article risque de vous dévoiler quelques éléments importants. Vous voilà prévenus !

Si le premier tome de la saga a été beaucoup centré sur les personnages de Claire et de Jamie, sur leurs relations et les choix impossibles qu’ils ont dû faire pour faire face à la violence de l’époque, les enjeux de ce deuxième tome sont différents. La dimension historique et la signification du voyage dans le Temps prennent ici toute leur ampleur. Pour la première fois, nos deux personnages vont essayer de modifier le cours de l’Histoire et d’empêcher les conséquences désastreuses de la deuxième rébellion jacobite en Écosse.

Vont-ils y parvenir ? Les connaissances de Claire sur l’histoire écossaise seront-elles suffisantes pour empêcher le massacre ? Et puis, est-ce que c’est seulement possible de réécrire l’Histoire ?.. Réponse dans ce deuxième tome, solidement documenté et plein de rebondissements.

« La vision des menhirs était encore fraîche dans mon esprit : un petit cercle de pierres dressées au sommet d’une colline verdoyante. Cette colline s’appelle Craigh na Dun : la colline aux fées. Certains la prétendent enchantée, d’autres affirment qu’elle est maudite. Tous ont raison, mais tous ignorent encore la fonction exacte de ces pierres dressées. Tous… sauf moi. »

Ce deuxième tome s’ouvre sur une ellipse temporelle qui peut perturber plus d’un lecteur. Après avoir laissé nos héros en 1743, on se retrouve sans transition en 1968. Nous rencontrons très rapidement une Claire Beauchamp Randall qui revient en Écosse avec sa fille pour faire quelques recherches dans les archives des Highlands. S’agit-il de la même Claire ? Que s’est-il passé ? Comment et surtout pourquoi s’est-elle retrouvée de nouveau au XXe siècle ? On se pose tout un tas de questions, en pressentant le pire… Grâce à la série, je connaissais déjà la réponse à toutes ces questions, mais mon petit cœur de lectrice s’est quand même serré plus d’une fois au cours de cette lecture.

Après ce rapide saut dans le temps, la narration reprend son cours normal. Ayant été obligés de fuir les côtes écossaises, Claire et Jamie se retrouvent à Paris. Grâce à des relations d’un cousin de Jamie, le couple parvient sans trop de difficultés à intégrer la vie mondaine de la ville et s’introduit même à la cour royal de Louis XV. Leur but : nouer des relations avec Bonnie Prince Charlie et l’empêcher sans attirer attention de mener jusqu’au bout son projet de débarquer en Écosse.

Intrigues, cour royale, tentatives empoisonnement, magie noire… J’avais un peu peur que cette partie du roman soit un peu moins passionnante. Cependant, il n’en était rien. Certes, comme beaucoup d’autres, je préfère de loin le cadre sauvage des Highlands aux fastes de Versailles ou les coins sombres de Paris du XVIIIe siècle. Mais je lis cette saga surtout pour mes personnages adorés, et ils étaient ici toujours fidèles à eux-mêmes ! Jamie, loyal, sincère, noble et sans peur et Claire, forte, obstinée, passionnée, et dévouée à son travail de guérisseuse.

« Peu m’importe de savoir si c’était bien ou mal de ta part de m’avoir choisi plutôt que lui. Si tu as commis un péché en restant avec moi, alors je suis prêt à t’accompagner en enfer et à remercier le Diable de t’avoir guidée sur le mauvais chemin. »

La fin de ce deuxième tome m’a arraché des larmes et m’a serré le cœur. C’était bouleversant, touchant et en même temps tellement beau ! Certains passages ont été vraiment très émouvants. J’ai donc trouvé ce deuxième tome même plus intense que le précédent. Quelqu’un trouvera peut-être cette histoire un peu mielleuse. Tout le monde n’aime pas ce genre de romans. Je dirai juste que n’étant pas moi même la lectrice d’histoires d’amour à l’eau de rose, j’ai été très touchée par ce couple fictif. Je ne les oublierai probablement jamais.

Si avant dans ma tête je classais cette saga parmi les histoires un peu mielleuses et sans grande profondeur, maintenant je la mettrais sur la même étagère avec mes autres romans préférés de tous les temps : Jane Eyre, Rebecca et La Dame en blanc.

« Laissons parler les baisers langoureux – Qui s’attardent sur nos lèvres – Mille et cent fois repris, – Cent et mille fois encore. »

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.