Mes vies à l’envers

Mes vies à l’envers de Maxime Fontaine, éditions Gulf Stream

Je m’appelle Yohan Massart. Je suis lycéen.

En rentrant chez moi, ce soir-là, je ne m’attendais pas à être assassiné.

J’aime bien les romans qui atterrissent dans mes mains par hasard. Grâce à mon travail dans une médiathèque, ça arrive assez régulièrement. Je regarde les étagères avec les nouveaux arrivages, un titre, un genre, une couverture ou un résumé attire mon œil, et je pars à la rencontre de l’inconnu. C’était le cas avec Mes vies à l’envers de Maxime Fontaine. Je ne connaissais ni l’auteur, ni la collection, mais le texte de la quatrième de couverture m’a paru assez alléchant. En plus, j’étais dans une période où j’avais envie de lire des livres fantastiques. Je n’ai donc pas hésité plus d’une seconde…

Résumé

En rentrant chez lui, Yohann Massart, jeune lycéen, se fait assassiner par trois personnes masquées. Parmi elles, il reconnaît sa petite amie. Mais au lieu de mourir, son esprit remonte le temps, pour atterrir dans le corps d’un simple soldat de la Première Guerre mondiale. Complètement déboussolé, Yohann déserte son bataillon pour traverser la France d’Est en Ouest, et rejoindre son village natal. La tête emplie de questions, il souhaite comprendre le pourquoi de ce voyage à l’aube du xxe siècle. Mais sur son chemin se dresse un nouveau trio d’assassins qui n’ont qu’un but : le faire disparaître.

Mes impressions

Le premier mot qui me vient à l’esprit pour caractériser ce livre c’est travaillé. Je trouve que c’est un roman qui pour une fois, ne souffre pas d’un défaut de plus en plus récurrent dans les romans ado/young adults : le manque de descriptions et de détails (mais j’ai peut-être une overdose de ce genre de littérature …). Ici, l’auteur prend le temps nécessaire pour bien capter les décors et les personnages tout en gardant le bon rythme et en maintenant le suspens. En compagnie de Yohann, nous traversons plusieurs périodes historiques, nous voyageons d’un pays et d’une enveloppe charnelle à un/une autre. Et à chaque nouveaux sauts dans le temps, on a presque l’impression d’y être, tant les détails sont bien amenés.

Yohann est un jeune homme tout à fait ordinaire, sans histoires. Il n’a aucun « don » caché, aucun secret particulier, il ne comprend donc absolument pas ce qui lui arrive. Il n’est pas privé d’humour et fait preuve d’autodérision. Un bon personnage central en somme, auquel on s’attache facilement.

Mais l’un des points forts de ce livre c’est surtout les personnages secondaires. Pendant l’un de ses « voyages », Yohann se lie d’amitié avec un personnage haut en couleur, Edmundo Faia qui contre tout attente croira en son histoire folle et décidera de l’aider d’apprendre un peu plus sur ses mystérieux meurtriers. C’est un des personnages les plus marquants du roman. Tout comme Yohann, on aurait aimé d’apprendre un peu plus sur sa vie trépidante.

La série de réincarnations de Yohann nous amènera jusqu’à la Renaissance, et la fin sera plutôt époustouflante ! Dans le dernier chapitre, Maxime Fontaine laisse aux lecteurs la possibilité d’imaginer la suite : l’espoir ou la déchéance, à nous de choisir !

En quelques mots

Mes vies à l’envers est un très bon roman fantastique ur la réincarnation et les voyages dans le temps, avec un dénouement assez surprenant. Il se démarque des autres romans young adults dans le même genre par sa construction intelligente et les personnages secondaires hauts en couleurs.

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.