Hazel Wood // Melissa Albert

Un jour glacial, dans un royaume fort lointain, naquit la fille d’une reine et d’un roi. Ses yeux étaient brillants et noirs, entièrement noirs. La sage-femme qui la déposa dans les bras de la reine s’enfuit aussitôt du château. La reine vit les yeux noirs et luisants comme des carapaces de scarabée de la fillette, et la détesta au premier regard.

Voici un livre dans lequel je me suis plongée sans aucune attente particulière. Le résumé de la quatrième de couverture ne donnait que très peu d’indices sur  l’intrigue du roman, mais il était suffisamment alléchant pour me donner envie d’entamer ma lecture. En plus, depuis ma découverte du roman Grisha, publié par la même maison d’édition, je traine de plus en plus souvent sur le site de la collection Page Turners où j’ai pu découvrir ce joli book trailer. Il donne envie, non ?

Résumé

Alice est la petite-fille d’une célèbre écrivaine,  connue sous le pseudonyme d’Althéa Prosperine. Auteure d’un petit recueil d’effroyables contes gothiques « Les contes de l’Hinterland », quasi introuvable dans les librairies de nos jours, elle vit recluse dans un manoir isolé qui porte un joli nom de Hazel Wood. Fascinée pas son illustre grand-mère, Alice n’a toutefois jamais eu aucun contact avec elle. La lecture des « Contes de l’Hinterland lui a par ailleurs toujours été interdite. Élevée par sa mère, Vanella, Alice a passé presque toute son enfance sur les routes poursuivie par une sorte de malchance. Mais aussi par des fans de sa grand-mère et d’autres gens plus ou moins louches et farfelus.

Lorsque sa mère reçoit une courte lettre annonçant le décès d’Althéa Prosperine, elle ne semble aucunement affligée par cette nouvelle. Bien au contraire, elle décide enfin de s’installer définitivement à New-York et même de se marier. Mais seulement quelques semaines plus tard, Vanella disparaît sans laisser de traces, en laissant à sa fille un mystérieux avertissement : « Ne t’approche jamais d’Hazel Wood ». Alice décide d’ignorer cette mise en garde et se met en route.  Il ne reste qu’à savoir où se trouve la résidence secrète de sa grand-mère…

Mes impressions

Hazel Wood est un roman qui dégage une atmosphère sombre et envoutante qui pourrait plaire aux amateurs des contes des frères Grimm. Le rythme de narration peut paraître un peu lent, mais la tension reste présente tout au long du récit. Personnellement, j’adorais me replonger dans cet univers, aussi féérique qu’effroyable. Je savourais ma lecture, les révélations apparaissaient exactement au rythme qu’il me fallait pour rester curieuse et concentrée.

Alice est une héroïne attachante, courageuse, dévouée à sa mère et obstinée à la retrouver à tous prix. Elle doit toutefois constamment refréner la partie sombre de sa personnalité et lutter contre ses accès de colères noires. Ces colères mettent très mal à l’aise son ami Finch qui l’accompagne dans son voyage vers Hazel Wood. Même si ce n’est jamais clairement dit, plein de petits détails nous incitent à croire qu’il a un faible pour la jeune fille. Mais est-ce la seule raison qui le pousse à l’aider ? Un fan inconditionnel d’Althea Prosperine, délaissé par son père et sa belle-mère trop occupés à dépenser leurs sous, Finch semble vouloir fuir son quotidien. Pour lui, plonger dans un monde des contes de fée aussi glaçants et effroyables soient-ils est un bon moyen d’y parvenir.

J’aimais beaucoup le duo de ces personnages et je croyais connaître le fin mot de leur histoire… Mais comme le dit la couverture, tous les contes ne se terminent pas par « ils vécurent heureux ». Il faut juste se laisser emporter par la lecture et savourer…

Pour résumer, ce fut pour moi une très belle découverte que je conseillerais vivement à tous les amateurs des univers sombres et  angoissants.

Retrouvez l’intégralité de mon tableau d’inspiration sur Pinterest. 

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.