Grisha

Grisha de Leigh Bardugo, éditions Milan

Comme je me levai pour m’étirer, j’aperçus  mon reflet dans le miroir de la coiffeuse. Je traversai la pièce pour me regarder de près.

Les ombres noires avaient disparu de sous mes yeux, mais je savais qu’elles réapparaîtraient d’ici quelques jours. De toue façon, cela ne changerait pas grand-chose ; j’avais ma tête habituelle : j’étais fatiguée, décharnée, j’avais l’air malade. J’étais très loin de ressembler à une Grisha. Le pouvoir était là, quelque part en moi, mais je n’arrivais pas à y accéder, et je ne savais pas pourquoi. Pourquoi étais-je différente ? Pourquoi mon pouvoir avait-il mis si longtemps à se révéler ? Et pourquoi étais-je incapable d’y accéder sans aide ?

Dans le miroir, je voyais se refléter les épais rideaux dorés, les murs peints de couleurs vives, les flammes sur les carreaux de céramique du foyer. Zoya était horrible, mais elle avait raison. Je n’avais pas ma place dans ce monde magnifique, et si je ne trouvais pas une manière d’utiliser mon pouvoir, je ne l’aurais jamais.

Il faut vraiment que je brise le silence pour parler d’un livre dont il est absolument nécessaire de parler. Il y a au moins deux raisons pour cela. Premièrement, ce livre est mon coup de cœur, un coup de cœur complètement inattendu. Cette seule raison pourrait suffire, mais j’en ai une autre, encore plus importante ! Je dois absolument parler de ce livre car ayant déjà été publié en France il y a quelques années,  par manque de succès éditoriale ou par manque de je ne sais quoi d’autre, il n’a jamais été suivi du deuxième et du troisième tomes, pourtant bien édités dans les pays anglo-saxons… Je commence à paniquer à la seule idée que l’histoire puisse se répéter.

Alors, voilà, si un représentant de l’édition Milan tombe par pure hasard sur ces gribouillages,  je voudrais lui dire simplement et clairement : s-il-vous-plaît, ayez la gentillesse de bien vouloir publier la suite de ce premier tome car il est absolument génial ! 

(Ici, je suis un peu tentée de mettre plusieurs points d’exclamation, mais je me retiens, car je suis une adulte et je gère mes émotions)

Cette petite introduction pleine de calme et de sang-froid terminée, plongeons-nous dans le résumé de ce livre qui porte un mystérieux titre « Grisha » et qui est écrit par Leigh Bardugo.

Résumé

Bienvenue au royaume de Ravka, un pays parsemé de forêts impénétrables et de montagnes enneigées. Du nord au sud, ce royaume est traversé par le Shadow Fold, épaisse nappe de brouillard peuplée de volcras, créatures monstrueuses assoiffées du sang. Créé par un magicien maléfique plusieurs siècles auparavant, le Fold est considéré comme une malédiction et personne n’ose s’y aventurer, à part les soldats de la Première et de la Seconde Armées qui maintiennent les liens entre les deux parties du royaume.

Si la Première Armée est composée de soldats ordinaires placés sous l’autorité du roi, la Seconde Armée est représentée par une prestigieuse caste de magiciens, les Grishas, divisée en plusieurs ordres et vêtus de manteaux (ou keftas) de différentes couleurs en fonction de leurs pouvoirs magiques. Les Grishas sont dirigés par le plus puissant et le plus mystérieux d’entre eux, le Darkling, qui est aussi le seul à pouvoir invoquer les ténèbres.

Alina n’a rien en commun avec le monde merveilleux des Grishas. Elle est orpheline et n’a aucun talent particulier, à part peut-être celui de dessiner les cartes géographiques en tant que cartographe pour la Première Armée (et encore, elle n’est pas très douée). Cependant, le jour où elle traverse le Fold avec son régiment pour la première fois, sa vie et son destin  changent à jamais. Lorsque leur navire se fait attaquer par les volcras et Mal, son ami d’enfance dont elle est secrètement amoureuse, se retrouve à terre, Alina parvient malgré elle à émettre une lumière puissante qui repousse les créatures.  Dès lors, la nouvelle fait le tour du royaume : Alina est l’Invocatrice de lumière, celle qui pourrait vaincre le Shadow Fold et unir le pays.

Ce pouvoir qu’elle renie et qu’elle ne sait maîtriser lui apporte du jour au lendemain une renommée sans précédant et un statut exceptionnel à côté du Darkling. Il la prend sous son aile et l’emmène à la capitale Os Alta où elle entame son apprentissage aux côtés des Grisha…

Mes impressions

Tel est le début de ce roman que j’ai entamé sans aucune attente particulière. J’ai lu la première centaine de pages avec une extrême paraisse et je ne saurai pas vous dire exactement à quel moment j’ai senti les vices se resserrer. Sans m’en rendre compte, je me suis retrouvée complètement emportée par cet univers, par cette intrigue et par ces personnages. J’ai terminé ma lecture depuis déjà plus d’une semaine, mais je n’arrive toujours pas à me sortir les Grishas et leur royaume de la tête.

L’univers fantastique créé par l’auteur est vaguement inspiré du folklore et de la culture russe, mon pays d’origine. J’ai été certes enchantée de voir les personnages évoluer dans un tel univers, mais ce n’est pas pour cette raison qu’il m’a autant plu. En réalité, j’ai été très sensible au système symbolique et la mythologie imaginés par l’auteur, tous les deux inspirés des forces de la nature. Ces paysages enneigés, ces animaux de la forêt, cette magie ont fait raisonner quelque chose en moi, quelque chose que je ne saurais décrire.

Enfin, je n’aurais peut-être jamais autant aimé ce roman sans ses personnages principaux que je trouve absolument fabuleux. Toute l’intrigue de ce premier tome (et de la trilogie, en général ?) se construit autour d’une relation complexe et ambigüe entre Alina, l’Invocatrice de lumière et le Darkling, « l’homme le plus puissant du royaume ». Personne ne connaît vraiment sa véritable nature, mais tout le monde le craint. « Je ne suis pas un monstre », dit-il à Alina. Il est toutefois très claire qu’il vaux mieux ne pas l’avoir dans ses ennemis…

Malgré (ou grâce à ?) ce côté obscure, j’ai adoré ce personnage. J’attendais toujours avec beaucoup d’impatience son apparition sur les pages du roman. Certes, suite aux rebondissement de ce premier tome, on apprend une certaine nombre de choses sur son passé et sur sa nature, mais dans mes yeux, il reste toujours aussi fascinant et mystérieux qu’au début.

Le personnage d’Alina évolue énormément au cours de ce premier tome. D’une jeune femme peureuse et hésitante, elle devient peu à peu une magicienne hors norme, consciente de plus en plus de son rôle à jouer dans le destin du royaume. Le développement de son caractère n’est pas encore terminé, j’ai vraiment hâte de connaître la suite de son histoire… et je me retiens beaucoup pour ne pas en dire plus, mais ce ne serait pas juste par rapport aux futurs lecteurs de ce roman.

Alors, lisez-le, et venez m’en parler. Ce roman m’a vraiment beaucoup impressionné, j’espère que ce sera aussi votre cas ! Et moi, en attendant, je vais me plonger dans le premier tome de Six of Crows.

4 Comments

  • Reply Six of Crows - Le Journal malgré lui décembre 29, 2017 at 12:10

    […] ma découverte du monde merveilleux créé par Leigh Bardugo dans le génial Grisha, je n’ai pas pu m’empêcher d’entamer imédiatement la lecture du premier tome […]

  • Reply Mon top 5 des livres lus en 2017 - Le Journal malgré lui décembre 31, 2017 at 12:55

    […] Bardugo, avec sa plume magnifique, ses personnages et son imaginaire ! Mes récents articles sur Grisha et Six of Crows décrivent mes impressions plus en […]

  • Reply Fin février : dire non au spleen hivernal - Anna Autumnalys février 23, 2018 at 6:18

    […] Grisha, le premier tome a été mon énorme coup de cœur de l’année 2017. Vous pouvez lire mon avis complet dans mon blog […]

  • Reply Hazel Wood - Le Journal malgré lui mai 31, 2018 at 3:21

    […] alléchant pour me donner envie d’entamer ma lecture. En plus, depuis ma découverte du roman Grisha, publié par la même maison d’édition, je traine de plus en plus souvent sur le site de la […]

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.